Informations sur la structure ASSOCIATION FEMME EN LANGUEDOC ROUSSILLON


Fiche identité
Adresse
ASSOCIATION FEMME EN LANGUEDOC ROUSSILLON
Avenue Pasteur - Escalier 5 Appart 22
34110 Frontignan
Code Insee
34108
Téléphone
04 34 53 54 62
Email
femmesenlanguedoc@gmail.com
Site internet
Président
VARLET-CADIOU Héléna
Directeur
Colicchio Nathalie
Historique
- En 1975 est créée à Frontignan l’association Femmes actives au foyer. Elle est née de l’initiative et du regroupement de 4 amies « féministes militantes » autour d'un projet visant la mise en oeuvre d'activités en direction des femmes au foyer de la ville. Des animations, des ateliers et des sorties sont donc mises en place grâce à des bénévoles engagées dans le projet associatif et grâce au soutien de la ville de Frontignan. Très vite, du fait de son succès, l’association élargit son champ d’intervention vers des missions d’accueil, d’écoute et de développement personnel, financées par la ville de Frontignan. L’équipe se développe et les bénévoles se salarient. - En 1988, l’association change de nom et devient "Femmes en Languedoc-Roussillon" tout en gardant les mêmes administratrices et salariées. L’association s’éloigne petit à petit de ses activités occupationnelles. - En 1992, l’association est financée par le Conseil Général pour une action de redynamisation de 25 bénéficiaires du RMI. 3 personnes sont recrutées en CES, qui évolueront ensuite en CEC. Un appartement est mis à disposition par la Mairie de Frontignan au 1er étage d’un immeuble de la cité Pasteur dans le quartier Nord de la ville, appartement dans lequel l’association est toujours installée. - En 1996, la directrice part à la retraite, remplacée par une des salariées. La convention RMI augmente pour accompagner dorénavant 42 personnes. Des bénévoles viennent aider l’équipe salariée à mener des missions. Des antennes se développent dans les villages environnants. - En 2004, la majorité de l’équipe fondatrice part à la retraite, l’équipe doit être renouvelée et la question se pose sur la continuité de l'existence de l’association. Finalement, une des salariées animatrice prend le poste de directrice, une des bénévoles prend le poste de secrétaire administrative et une nouvelle équipe d’administratrices est désignée. - En 2005, l’association répond à l’appel à projet du Contrat de ville de Sète-Frontignan sur une activité de médiation sociale et 2 nouvelles salariées sont embauchées (une à temps plein sur un poste d’adulte relais à Sète et une sur un temps partiel à Frontignan). - En 2006, une nouvelle coordinatrice est embauchée. Elle intervient à la fois sur la convention RMI et sur une fonction d’appui au développement de l’association. - En 2007, toujours dans une volonté d’adapter les moyens humains à l’activité, l’association décide de recruter à nouveau une personne à mi-temps dans le cadre de la convention RMI. Le contrat de ville de Sète-Frontignan devient le CUCS de Sète et le CUCS de Frontignan. Ces deux dispositifs prennent en charge le poste d’adulte relais de la presqu’ile de Thau à temps plein et celui de médiatrice pour la ville de Frontignan sur les quartiers Nord, pour un équivalent de 8h/hebdo dans l’association. - En 2008, par manque de moyens financiers, l’association fait le choix de ne pas garder la coordinatrice afin de ne pas mettre la structure en difficulté mais cette dernière continue à intervenir dans l’association à titre bénévole. En décembre 2008, l’association fête ses 20 ans dans une salle mise à disposition par la municipalité en présence de nombreux partenaires institutionnels, de personnes suivies par l’association, de bénévoles,…. - En 2009, le Conseil Général met en place une action de diagnostic/action d’organisation auprès d’un certain nombre d’associations conventionnées dans le cadre du PDI, dont Femmes en Languedoc-Roussillon. Les objectifs de ce diagnostic/action sont à la fois d’aider les associations à mieux se structurer et d’autre part, de permettre aux décideurs et partenaires de disposer d’une analyse précise et d’un outil d’aide à la décision. Les préconisations de cette étude sont de :  Sécuriser l’association financièrement  Donner des moyens supplémentaires pour la convention RMI  Renforcer les compétences des salariées et bénévoles  Prendre le temps de réflexion sur toutes les actions menées  Améliorer les locaux. - En 2010, l’association décide de réembaucher la coordinatrice du fait de la montée en charge du nombre de personnes accueillies mais lors du bilan intermédiaire pour la convention RMI avec le Conseil Général, et du fait de la réorganisation des équipes et du fonctionnement des différents services lors du passage au RSA, le nombre de personnes accompagnées dans le cadre du RSA a diminué. La nouvelle convention pour 2011 est donc prévue pour 32 places au lieu de 42. Fin 2010, l’association accuse un déficit d’environ 10 000€ du fait principalement de l’action menée à Sète dans le cadre du CUCS. - En 2011, le public accueilli est de plus en plus nombreux du fait du contexte de crise économique et les besoins de ce public sont de plus en plus importants. Ils concernent le soutien à la gestion du budget et les problèmes de surendettement ainsi que les dossiers de retraite. Alors que les besoins du public augmentent, les financements de l’association diminuent et l’équipe des salariées et bénévoles sont de plus en plus débordées et sont confrontées à des problèmes de disponibilité et de qualité d’accueil. 2015 : deux départs à la retraite et deux remplacements dont une assistante administrative et un CESF 2018 : Départ à la retraite progressive de l'animatrice complété par l'embauche d'une intervenante sociale à mi temps en CDD non renouvelé. Une nouvelle animatrice est embauchée à mi-temps le 5.11.2018 puis à plein-temps à compter du 1.04.2019. 2020 : Départ de l'animatrice qui est remplacée par une intervenante d'action sociale diplômée d'Etat CESF.