Informations sur la structure CENTRE SOCIO-CULTUREL PAX


Fiche identité
Adresse
CENTRE SOCIO-CULTUREL PAX
54, RUE DE SOULTZ
68200 Mulhouse
Code Insee
68224
Téléphone
0389523404
Email
contact@csc-pax.org
Site internet
Code APE
8899B
Siret
77895408100023
Président
Marc BOURGHART
Directeur
Pascale SCHIEB
Historique
En 1966, la création de l’Association gestionnaire du centre social voit le jour à la suite d’une première étude de besoins réalisée en 1963 par l’Association populaire familiale devenue par la suite le Syndicat du Cadre de vie, et s’installe au 122 rue des Romains dans le quartier de Bourtzwiller, à Mulhouse pour y développer une petite halte-garderie. A l’époque le centre social est un outil de promotion collective au service des habitants du quartier, avec pour vocation de répondre aux besoins des habitants pour leur permettre de s’approprier le devenir du quartier. A cette fin, de nombreuses réunions de réflexion sont engagées à la fois pour s’interroger collectivement sur l’avenir du quartier et les grands travaux qui le concernent mais aussi pour construire des projets d’animation qui fassent sens pour les habitants. Les professionnels qui seront embauchés au fil du temps devront avoir une réelle posture de facilitateur dans la mise en œuvre des projets des habitants. Très vite est posé le principe que les usagers du centre en soient les administrateurs élus, avec une réelle volonté de veiller à la richesse de l’interculturalité du territoire au sein des instances du centre social. Dès la création de l’association, la volonté de s’intéresser aux jeunes est marquée avec la conviction profonde et militante qu’il faut travailler avec les parents pour lesquels il convient d’admettre a priori qu’ils détiennent toutes les compétences pour faire face aux problèmes éducatifs, qu’ils rencontrent avec leurs enfants. Les administrateurs du centre défendent aussi l’idée d’une « prévention globale » et pas uniquement «spécialisée ». Durant l’année 1966, 5 premiers salariés sont embauchés : un animateur, une monitrice de couture, une jardinière d’enfants, une auxiliaire de puériculture et une femme de ménage. En 1967, l’association accède également à un préfabriqué 3 Rue de Mittelwihr, où s’installera un moniteur bois qui animera l’Atelier Menuiserie de l’association avant d’investir en 1968 une deuxième halte-garderie située au 13 rue de la Rochelle. Ce lieu verra aussi la création d’un Club de jeunes. En 1968, l’association embauche une secrétaire. C’est cette même année que l’association change de nom pour devenir Centre socio-culturel - Maison pour Tous. En 1971, l’association investira un sous-sol au 22 rue de Bordeaux pour y développer des cours de couture et de cuisine destinés à la population immigrée installée dans cette partie du quartier. En 1973, l’association compte désormais 3 animateurs et encore 3 personnes supplémentaires pour les haltes garderies. A noter qu’un animateur, de formation assistant social devient éducateur spécialisé avec un financement spécifique de la DDASS. En 1975, l’association embauchera encore 1.5 ETP d’animateur et le sous-sol du 22 rue de Bordeaux deviendra un Club de prévention, alors que l’association investira encore un nouvel espace dans une barre HLM, au 18 rue de La Rochelle pour y tenir des permanences ménagères et renforcera encore son équipe par l’embauche de 2 femmes de ménages supplémentaires. En 1978, 2 autres monitrices de couture sont embauchées, ainsi qu’une animatrice coordinatrice des Activités Femmes dont le poste est financé par le FAS et un second éducateur spécialisé. En 1980, compte-tenu du fort développement de l’association, le Conseil d’administration embauche un premier directeur. C’est cette même année que l’association se verra mettre à disposition par la Ville le sous-sol situé sous la nouvelle crèche du quartier et placera à ce moment-là, ses deux haltes garderies sous l’égide de l’association du Centre de la Petite Enfance. Les anciens locaux dédiés aux deux haltes garderies se verront désormais également dévolus aux permanences ménagères. En 1981, un troisième éducateur spécialisé sera recruté. L’association a trouvé depuis sa création le soutien financier de la ville et s’est vu octroyé l’agrément CAF en 1984. En 1990, l’association s’installe dans l’ancien Foyer Paroissial Pax, jusqu’alors propriété des Pères Franciscains, qui avaient décidés en 1975 de céder le site à la ville de Mulhouse pour 1 franc symbolique lors du départ en retraite du dernier religieux, avec la garantie que la Paroisse St Antoine puisse continuer à occuper les locaux du sous-sol pour ses activités et que la ville veille à développer dans ces locaux des activités à caractère social au service des habitants. Ce sont désormais, plus de 2500m2 qui devront être gérés par l’association sur 3 niveaux comprenant des bureaux, des salles de réunion et une salle de cinéma de 320 places, ainsi qu’un restaurant, ancien « Bangala » où les paroissiens avaient l’habitude de se réunir après la messe chaque dimanche. En 1958, à l’origine du projet de cette salle paroissiale construite grâce aux deniers du culte, la salle de spectacle devait accueillir la Compagnie de Théâtre du Bangala, mais la passion d’un membre de la communauté a vu la salle de spectacle devenir le Cinéma Pax, classé Art et Essai. Cette salle bien connue des mulhousiens a proposé des projections chaque soir et le jeudi après-midi jusqu’aux années 90. Au niveau de l’association du centre social, l’année 1990 marque également la perte du Club de Prévention, qui s’est vu confier à la nouvelle Association Spécialisée la Ruche, devenue elle-même en 2012 l’Association de Prévention Spécialisée Mulhousienne. En 1995, le restaurant est aussi devenu une association indépendante nommée Association du Restaurant Pax, avec pour objet le développement d’un restaurant d’insertion. Si le centre socio-culturel Pax, voit aujourd’hui son histoire profondément marquée par le lieu emblématique du Pax et le projet de la Paroisse Saint Antoine, il se situe toujours dans la démarche originelle défendue par ses fondateurs avec la volonté de : • Créer du lien entre les habitants, • Favoriser la participation des habitants, • Soutenir et accompagner les parents dans leurs fonctions éducatives, • Développer les liens intergénérationnels et favoriser le « bien vieillir » à Bourtzwiller, • Favoriser l’accès aux pratiques culturelles pour tous, • mais aussi promouvoir le développement durable. Aujourd’hui le CSC Pax compte une vingtaine d’ETP pour un territoire de 13000 habitants et un budget annuel de l’ordre 1 100 k euros (2014).