Informations sur la structure Robert Doisneau


Fiche identité
Adresse
Robert Doisneau
81 rue François Foreau
28110 Lucé
Code Insee
28218
Téléphone
0237249504
Email
accueildoisneau@pep28.asso.fr
Site internet
www.lespep28.org
Code APE
8899B
Siret
77557534300212
Président
DERRIEN JOEL
Directeur
GOMIS Isidore
Historique
En 2002, le centre Robert Doisneau bénéficiait d’un agrément CAF. La structure était largement utilisée par les habitants, de la petite enfance aux adultes, en passant par les familles. En plus des actions quotidiennes, des actions d’envergure y étaient organisées. La structure était complètement identifiée par les habitants du quartier et les Lucéens en général, même si ceux-ci en avaient une image plutôt négative liée à celle du quartier. La réhabilitation du quartier n’avait pas encore eu lieu. Les immeubles de la rue François Foreau avaient leur entrée face au centre social qui de ce fait, se retrouvait sur un lieu de passage très fréquenté par les piétons et les voitures. Le centre social était alors au cœur de la vie du quartier, tout autant que le centre commercial aujourd’hui. Lors du changement de municipalité, le centre Robert Doisneau a fermé sur dénonciation de la convention de gestion ALES (Association Lucéenne Educative et Sociale)-Mairie. Après quelques mois, il a ré-ouvert ses portes sous la gestion de l’Association des MPT (Maisons Pour Tous) qui avait été chargée, par la nouvelle équipe municipale, de mettre en place des actions uniquement à destination des enfants, des jeunes, des adultes en alphabétisation. Une nouvelle équipe a donc été embauchée. Cette équipe a œuvré dans les locaux actuels jusqu’en 2006, date à laquelle la structure a brulé en partie. Elle est alors restée en l’état. L’équipe des MPT a fonctionné dans des locaux annexes (aujourd’hui le PIF), face à la rue très passante François Foreau, jusqu’en 2008. Au cours de la période 2002-2008, la structure avait perdu son agrément CAF « centre social ». Fin 2008, la Municipalité de Lucé ayant modifié ses objectifs, un appel d’offre a désigné l’Association des PEP28 (Pupilles de l’Enseignement Public d’Eure et Loir) comme nouveau gestionnaire. La demande de la commune était de reconstruire les centres sociaux lucéens. L’ensemble du personnel des MPT a donc été repris par les PEP28, à partir de janvier 2009. En mars 2009, le centre Robert Doisneau a été ré-ouvert après 3 ans de fermeture complète. La place géographique de la structure a été modifiée après une réhabilitation du quartier. Par la même, la structure se retrouvait isolée au fond d’un vaste parking, à l’arrière d’une barre d’immeubles. Du fait de son inutilisation depuis 2006, les habitants du quartier avaient même oublié son nom. L’ancienne équipe des MPT a investi les lieux sous la direction transitoire d’un premier directeur qui n’est resté que 3 mois. En attendant l’arrivée du second, l’équipe avait été placée sous la direction de la coordinatrice des centres sociaux. Durant cette période, le projet social a été élaboré. L’équipe s’est défaite progressivement, les anciens salariés de l’Association MPT ne se projetant pas dans l’organisation et les axes de travail envisagés dans le cadre du projet social. En novembre 2009, après la validation du projet social duquel il n’était pas auteur, le second directeur a pris ses fonctions. L’équipe du centre social a continué à se faire et se défaire : 2 animatrices jeunes qui coup sur coup, demandent leur mutation, 1 animateur en CDD qui ne peut être maintenu faute de moyens financiers, 1 secrétaire-accueil qui souhaite entamer une nouvelle formation…Le projet social et la structure qui a besoin d’être portée en continu par l’équipe pour exister à nouveau au sein du quartier, sont en fait malmenés. Aujourd’hui encore, les habitants doivent avoir des difficultés à identifier les personnels attachés à la structure. Le projet social actuel prévoyait un travail spécifique sur la communication pour réinsérer la structure dans le quartier: signalétique communale, portes ouvertes, plaquette, participation au forum des associations, première fête de quartier d’envergure associant habitants et partenaires…Toutes ces tentatives, qui ont permis d’installer le partenariat entre professionnels, ont largement fait grimper la fréquentation depuis la réouverture des locaux. Certaines actions affichent complet et refusent des participants. En revanche, il semble que les publics se croisent plus qu’ils n’échangent ; qu’ils cohabitent. Les liens intergénérationnels existent de fait sur le secteur familles, mais entre secteurs d’âges peu ou pas. Le défi à venir pour le centre social ainsi que son rôle sera de développer ce partage et cette mixité sociale et intergénérationnelle.